Archive de l’étiquette budget

Session de Novembre 2018

Discours de la Chancelière allemande, Angela Merkel 

Pour la première fois depuis onze ans, la Chancelière allemande Angela Merkel s’est exprimée le mardi 13 novembre devant « le plus grand hémicycle démocratique du monde » à l’occasion d’un débat sur l’avenir de l’Europe.

Dans la lignée des commémorations mondiales de la Première Guerre mondiale, Madame Merkel a plaidé en faveur de plus de tolérance et de solidarité, à l’heure où l’Union doit faire face à de nombreux facteurs déstabilisants, comme le Brexit, le changement climatique, le terrorisme et la crise migratoire, autant de défis qui ne peuvent être relevés efficacement que par une action coordonnée au niveau européen.

Elle a également apporté son soutien à la création à long terme d’une véritable armée européenne, afin d’assurer à l’Europe une défense autonome et indépendante. Si le concept peut sembler séduisant, de nombreuses questions opérationnelles restent toutefois à résoudre.

 

Position du Parlement sur le prochain CFP

Mercredi 14 novembre, le Parlement européen a adopté sa position sur le prochain cadre financier pluriannuel (CFP), autrement dit le budget pour la période 2021-2027. Ce rapport se veut ambitieux en conciliant le financement des nouveaux défis et le maintien des politiques traditionnelles qui ont fait leurs preuves.

Deux paramètres essentiels sont en effet venus s’ajouter à l’équation budgétaire : d’une part la nécessité de financer de nouvelles priorités (sécurité, défense, gestion migratoire) et d’autre part le départ du Royaume-Uni qui va engendrer mécaniquement une baisse du budget européen. Pour combler le manque à gagner, le Parlement entend étudier la création de nouvelles ressources propres, c’est à dire qui ne dépendent pas de la contribution des États membres, comme par exemple, l’harmonisation de l’assiette de l’impôt sur les sociétés ou une taxe sur les géants du numérique…

À travers ce vote, le Parlement a confirmé ses priorités dans le domaine de la jeunesse (tripler les ressources Erasmus +), la recherche (120 milliards d’euros pour le programme Horizon Europe), la croissance et l’emploi ou encore la lutte contre le changement climatique avec un minimum de 25 % des dépenses européennes consacrées dans ce domaine.

Je me félicite par ailleurs que le Parlement exige le maintien à leur niveau actuel de la politique de cohésion et de la politique agricole commune, politiques historiques et importantes pour la France et nos territoires.

 

Remise Prix LUX 2018 

Mercredi 14 novembre, le Président du Parlement européen, Antonio Tajani, a remis le Prix LUX 2018 du cinéma. Ce prix est décerné chaque année à un film illustrant l’universalité des valeurs et la diversité culturelle en Europe.

Parmi les trois films en compétition, c’est « Woman at war », une coproduction islando-franco-ukrainienne qui a remporté le prix.

Les finalistes de ce prix verront leurs films sous-titrés dans les 24 langues officielles de l’Union et une copie numérique sera fournie à chaque État membre afin de participer à leur diffusion. En tant que membre de la Commission Culture du Parlement européen, j’accorde une grande importance à ce prix qui facilite la diffusion d’œuvres européennes de qualité.

 

Session de Mars 2018

Position du Parlement sur le prochain CFP post 2020

Mercredi 14 mars, le Parlement européen a adopté deux rapports présentant sa position sur le cadre financier pluriannuel (CFP) de l’Union européenne après 2020. Les négociations qui vont s’ouvrir sont d’une importance capitale car elles détermineront les domaines d’actions prioritaires de l’Union et leur financement. Ainsi, afin de compenser les 10 milliards d’euros de pertes imposées par le départ du Royaume Uni et répondre aux nouveaux défis à relever (migration, sécurité, défense), le texte souligne que l’Union devra se doter d’un budget ambitieux et se doter de nouvelles ressources propres. Il faudra également porter une attention toute particulière aux politiques traditionnelles de l’UE, et notamment la politique de cohésion que je m’attache à défendre avec force et conviction dans le cadre de mes travaux. Enfin, de nombreuses politiques européennes ayant fait preuve de leur valeur ajoutée devront être renforcées comme par exemple le programme ERASMUS+, l’initiative pour l’emploi des jeunes et le soutien aux PME.

 

Futures relations avec le Royaume-Uni

Mercredi 14 mars, le Parlement européen a adopté une résolution commune qui détermine les bases des futures relations entre le Royaume-Uni et l’UE dans le cadre du Brexit. Une organisation en quatre piliers a été proposée autour des thèmes du commerce et des relations économiques, de la sécurité intérieure, de la coopération dans le domaine des affaires étrangères et de la défense, puis une coopération thématique, en matière de recherche et d’innovation. Enfin, les députés ont rappelé qu’en tant qu’État tiers s’affranchissant des règles du marché commun, le Royaume-Uni ne pourra bénéficier des avantages dont jouissent les États membres de l’UE.

Session d’octobre II 2016

Prix Sakharov

Le jeudi 27 octobre, le Parlement européen a décerné le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit à deux jeunes femmes, Nadia Mourad et Lamiya aji Bachar. Crée en 1988, le prix récompense les actions exceptionnelles dans le domaine de la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Par cette nomination, nous avons voulu attirer l’attention sur les atrocités vécues par la communauté Yézidie vivant sous le joug de Daesh.

Cible d’un génocide organisé par l’organisation terroriste, les lauréates sont les représentantes de cette communauté trop souvent oubliée de cette guerre en Syrie. Devenues malgré elles le symbole des femmes victimes d’esclavage sexuel, elles ont été invitées à la remise du Prix qui aura lieu à Strasbourg le 14 décembre.

Examen à mi-parcours du cadre financier pluriannuel

Le mercredi 26 octobre, j’ai voté en faveur du projet de réexamen du cadre financier pluriannuel (CFP). Cette proposition de révision du CFP 2014-2020 s’inscrit dans la volonté du Parlement Européen de rendre le budget plus flexible, afin de mieux répondre aux crises (agricoles, humanitaires ou migratoires) et d’éviter la multiplication des fonds « hors budget ». Cette révision est d’autant plus importante aujourd’hui, qu’elle influence également les engagements pris sur l’après 2020.

Programme de travail de la Commission pour 2017

Le Vice-Président de la Commission européenne, Frans Timmermans, est venu présenter le 25 octobre le Programme de travail de la Commission pour 2017. Pour la première fois cette année, les priorités et les objectifs du programme de travail seront consacrés dans une déclaration commune au Parlement, au Conseil et à la Commission, montrant ainsi l’engagement commun et la coopération entre les législateurs européens.

Ce programme prévoit 21 initiatives, 18 révisions législatives et l’abrogation de 16 textes devenus obsolètes. Une partie de ce programme avait été en septembre lors du discours sur l’état de l’Union et vise à répondre à des enjeux important pour l’Europe. Ainsi, le doublement de la durée et du montant du Plan Juncker permettra de répondre au succès de cette campagne d’investissement européen, tandis que la réforme des outils de défenses commerciaux donnera de meilleurs outils pour faire face au dumping chinois. Il s’agit de chantiers très importants, même s’ils ne sont pas aussi ambitieux que le Parlement l’aurait souhaité, compte tenu du nombre de crises auxquelles l’Union européenne fait face.

Pour lire cet article en PDF

Session d’Octobre II 2015

Simplification de la politique régionale de l’Union européenne

Un débat était organisé mardi 27 octobre au sujet de la simplification de la politique régionale de l’Union européenne en présence de la Commissaire Corina Cretu. L’occasion de rappeler que les porteurs de projets qui prétendent à des financements européens sont trop souvent découragés par la complexité des procédures mais aussi d’inviter la Commission européenne et les États membres à cesser de se rejeter la faute pour passer enfin des paroles aux actes.

 

Budget de l’Union européenne 2016

Mercredi 28 octobre, le Parlement européen a adopté sa position sur le budget général de l’Union européenne pour l’année 2016, qui permettra de mettre en oeuvre les politiques européennes, dans le respect du cadre financier pluriannuel adopté pour la période 2014-2020.

Il s’agit d’un moment important dans la démocratie européenne où les grandes orientations politiques et stratégiques de l’Union européenne pour l’année à venir sont fixées et budgétisées. Le Parlement a voulu insister cette année sur l’emploi, la compétitivité, la crise agricole et la crise des réfugiés. Ainsi, près d’1,16 milliard d’euros ont été affecté au traitement de la crise des réfugiés, 473 millions d’euros aux programmes en faveur de l’emploi des jeunes, 500 millions d’euros en faveur des agriculteurs touchés par l’embargo russe et 1,3 milliard au programme de recherche Horizon 2020.

Comme toujours, le Parlement s’est opposé aux coupes budgétaires proposées par le Conseil. Les négociations à venir avec les Etats membres s’annoncent donc difficiles, mais il n’est pas concevable que l’Union ne se dote pas des moyens de faire face de manière forte et adéquate aux défis, tant sur le plan intérieur qu’extérieur, auxquels elle est confrontés.

Pour l’article en PDF

1